Bienvenue sur le site de l'Ensemble Paroissial Saint-Hermeland et Saint-Jean XXIII. Couëron, Indre et Saint-Herblain (bourg). Vous y trouverez toutes les informations pratiques et quelques articles pour votre réflexion chrétienne. Nous essayons de le tenir à jour, veuillez nous excuser si cela n'était pas toujours le cas.

Bonne visite !

L'équipe communication de l'ensemble paroissial

 

 

EDITO

Mercredi 8 mai : une belle assemblée !

L’Equipe d’Animation Paroissiale (EAP) avait choisi cette matinée de jour férié en milieu de semaine, pour proposer cette assemblée paroissiale. Un pari un peu risqué, mais qui finalement, aura permis une belle assemblée. Et nous avons vécu un beau et un bon moment.

 Un moment studieux, communautaire et fraternel

 Studieux ! Car il s’agissait bel et bien de travailler. Six ateliers « Solidarité », « Catéchèse et Formation », « Fraternité », « Jeunes Adultes », « Communication » (+ un pour les plus jeunes) avaient pour mission, en une heure, d’élaborer des propositions pour donner à notre paroisse des orientations pastorales pour les années à venir.

 Au bout d’une heure, chaque atelier a présenté le fruit de sa réflexion. Et à l’aide de gommettes, chacun a pu « voter » pour désigner celles qui lui paraissaient prioritaires. C’est ainsi que deux orientations pastorales se dégagent : Communication et Jeunes Adultes. Bien sûr, il reste du travail à faire pour élaborer deux orientations pastorales sur ces deux sujets. Bien sûr, également, les autres thématiques continueront à être mises en œuvre.

 Et puis l’assemblée a ensuite entériné le changement intervenu en septembre dernier concernant les lieux des messes dominicales. Elle a donc exclu de revenir à la situation antérieure après cette année d’expérimentation, mais elle n’a pas exclu que d’autres propositions voient le jour dans les années à venir. Donc à suivre !

Enfin, l’assemblée a donné son accord pour enclencher les démarches nécessaires à la création d’une paroisse nouvelle, puisque notre Ensemble paroissial (composé des deux paroisses Saint Jean XXIII et Saint-Hermeland) fonctionne comme une seule et même paroisse (une seule EAP, un seul Conseil Economique…). La question du nom a été abordée. L’assemblée pencherait pour accoler les noms actuels des deux paroisses (60% contre 40%). A suivre !

 Communautaire ! Combien étions-nous ? Difficile de le dire. Autour de 80 d’après les diverses estimations. Et si les plus jeunes n’étaient pas les plus nombreux, toutes les générations étaient représentées. L’objectif était bien là. Même s’il est difficilement imaginable que toute la paroisse se retrouve pour un tel moment, l’enjeu était important de constituer une assemblée représentative, que ce soit au niveau des générations, ou au niveau des communes et des quartiers. C’est la communauté chrétienne qui était invitée, c’est elle qui était présente. Avec un objectif : prendre des décisions, en communauté, qui engagent l’avenir de notre communauté. Et, c’est bien sûr ce que nous avons vécu. Un beau moment communautaire.

 Fraternel ! Ce fut aussi un beau moment convivial. C’est vrai, on ne prend pas toujours le temps d’échanger, de partager, d’apprendre à se connaître. Alors, que ce soit au moment de l’accueil, dans les ateliers, et bien sûr pendant le repas partagé, c’était un réel bonheur de voir les membres de notre communauté prendre le temps de se parler, de s’écouter, de se découvrir, de s’enrichir mutuellement. Ils sont rares ces moments, et d’autant plus riches.

Nous avions placé cette année sous le signe de la Fraternité. Mercredi, nous avons vécu un beau moment de Fraternité. Une fraternité qui sera toujours à vivre. Comme nous y a invité l’atelier des plus jeunes qui nous proposent d’aller saluer deux personnes que nous ne connaissons pas en arrivant à l’église pour la messe, pour que notre communauté soit toujours plus fraternelle et accueillante.

 

 

Temps pascal, l’engagement dans la vie chrétienne…

Mois de Mai, mois de Marie, mois du muguet, mois riche en premières communions, professions de foi, baptêmes et mariages.  Mois des jours fériés…  Mai, mois de rendez-vous multiples et riches qui nous ramène à l’essentiel de diverses façons.

1er mai.  Saint-Joseph, fêté comme patron des travailleurs nous rappelle le prix du travail, fragile et si précieux…  le 8 mai invite à l’engagement de la mémoire et au souci de la paix. 

Baptêmes, premières communions, profession de foi, nous font revivre les premiers pas dans la vie chrétienne.  C’est l’occasion pour chacun de prendre ou reprendre conscience de l’importance de la communauté : communauté familiale, communauté paroissiale, communauté du quartier On n’est pas chrétien tout seul !  Dire « oui » au Christ, c’est faire siennes ses paroles et surtout sa préférence pour les exclus, les laissés-pour-compte, pour celles et ceux que la vie ne favorise pas. 

« Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ? ».  Cette question entendue le jour de l’Ascension rappelle au chrétien sa vocation et son devoir de s’engager pleinement dans la société d’aujourd’hui, aidé en cela par l’Esprit qui est donné abondamment par le Père, ce que signifie avec force la fête de la Pentecôte.

Marie, quant à elle, veille sur la vie de tous. Et celles et ceux qui la prient, en ce mois qui lui est dédié, désirent au plus profond suivre le chemin de l’Evangile qu’elle a pris.  Parce qu’il mène à Dieu.  Et que sur les chemins des hommes, il parle lumineusement de Dieu.

 

Pâques 2019

Avec Pâques, il n'existe plus aucune situation humaine " à ciel fermé".

Pâques modèle le visage des chrétiens sur celui de l'espérance, du courage, de la miséricorde, de l'audace évangélique : la mort a été vaincue, le Christ a triomphé de l’enferment aux enfers !

Désormais, il n'existe plus aucune situation humaine " à ciel fermé". Si Pâques est un passage des ténèbres à la lumière, le chrétien est alors appelé à expérimenter dans sa propre vie et à témoigner pour les autres que la lumière est possible, y compris dans les ténèbres, dans l'angoisse, dans la souffrance.

Concrètement, l'expérience pascale, nous la vivons non comme un passage de ce qui est entièrement fait de ténèbres à ce qui est entièrement fait de lumière, mais comme un passage du désespoir à l'espérance, de l'angoisse à la sérénité, du non-sens à l'acceptation, en des situations qui restent contradictoires, énigmatiques, difficiles, voire dramatiques. Ces situations constituent une épreuve pour notre foi.

Pâques donc, en tant que célébration du mystère de l'amour de Dieu - un amour plus fort que la mort-, veut faire du chrétien un être capable d'aimer comme le Christ lui-même a aimé. N'est-ce pas une expérience pascale authentique? N'est-ce pas réalisé dans nos pauvres vies, le passage de la fermeture en nous-mêmes à la capacité d'aimer dans le Christ ? N'est-ce pas une victoire de la vie sur la mort ? N'est-ce pas une manifestation de la force de résurrection du Christ rendue active par la foi du chrétien ?

Mais alors, il est clair que seule une foi profonde et aimante peut engendrer l'expérience et le témoignage de Pâques. C'est uniquement en fixant notre regard sur le crucifié ressuscité (Lettre aux  Hébreux : 12, 1), que nous serons délivrés de l'enfer de la fermeture sur nous-même, de l'affirmation de nous-mêmes et de notre volonté sur celles des autres.

D’après un article d’Enzo Bianchi dans croire.com